Money-time avec George Eddy

Écrit par Rémi Gaggioli   
22-04-2009
Georges Eddy commentateur vedette du basketTroisième et dernière partie de l'interview de George "Badaboum" Eddy, le plus français des commentateurs américains (ou l'inverse) revient cette fois-ci sur son parcours personnel sur les parquets et derrière les micros de Canal+.

 

[Cliquez ici pour lire la première partie]
[Cliquez ici pour lire la deuxième partie]

 

Quel type de joueur tu étais ? À quel joueur actuel pourrais-tu comparer ton jeu ?

Je me comparais justement à Vincent Collet. On était, sans faire de jeu de mots, les pieds collés sur le parquet pour tenter nos shoots à huit mètres. On était obligés de faire ça pour ne pas se faire contrer, manquant de détente et de vitesse au niveau athlétique. Moi, aujourd’hui, le joueur NBA qui me ressemble le plus c’est Wally Szczerbiak. Il a les genoux cassés, il était plus athlétique avant, mais maintenant, il est très lent, pataud, mais il a quand même un bras magique et s’il a une ouverture à trois points, il mettra dedans. Par rapport au championnat de France, je parlais de Philippe Braud. Je pense qu’il est plus athlétique que moi, mais il est vraiment spécialisé dans les tirs à trois-points…

     J'ai mis 92 trois-points en une vingtaine de matchs. »

Moi par exemple, la première année de la ligne à trois-points, en 1984-85, j’ai mis 92 paniers à trois-points en une vingtaine de matchs… Ça faisait plus de quatre paniers à trois-points réussis par match. J’en suis assez fier, parce que je regarde aujourd’hui en NBA, Rashard Lewis qui en met le plus, il est à 2,8. Mettre plus de quatre paniers à trois-points par match c’est assez énorme quoi. Mais bon je faisais que ça ! Et mes détracteurs n’hésiteraient pas à dire que je ne pouvais pas défendre contre une chaise et que je ne faisais rien d’autre que shooter… Mais faut marquer des points pour gagner aussi !



Et au niveau du dunk ? Dans ta jeunesse, ça passait ?

J’ai jamais dunké. En fait, le mieux que j’ai réussi, c’est dunker avec un volleyball quand j’avais autour de 20 ans. Mais quand même, je courais pas mal, je mettais des points en contre-attaque parce que je jouais la carotte et j’avais une bonne anticipation. Quand je tournais à 25-30 points par match en N2 et N3, je courais quand même, mais j’ai jamais dunké un ballon de basket. Bon, ça m’a pas tellement manqué non plus, j’ai pu être pro pendant quinze ans quand même. C’est ce que je dis aux jeunes. Souvent ils veulent voler vers le panier, rester en l’air et tout ça. Mais je leur dis que c’est aussi important de savoir rester au sol, pivoter, feinter, faire une passe décisive ou un shoot réussi que de faire des arabesques aériennes.


Depuis, tu es donc devenu commentateur, est-ce que des joueurs t'ont déjà reproché d’être trop franc et de trop chambrer quand tu commentes les matches ?

Je sais pas si c’est vraiment le mot « chambrer » qui convient… C’est clair qu’après le championnat d’Europe en Espagne, Parker m’avait allumé en direct dans une émission qui, après, est restée longtemps sur Internet… Il m’avait fait des reproches style, « t’as pas joué en NBA donc t’as pas le droit de nous critiquer ». Il était vexé par la mauvaise perf’ de l’équipe de France, notamment dans les matchs de classement à Madrid. On a vu en fait que c’était une franche catastrophe, et j’ai un travail de journaliste à fournir, en étant objectif, franc et honnête. Je travaille pour les téléspectateurs, je travaille pas pour cirer les pompes, ni des entraîneurs, ni des dirigeants, ni des joueurs. C’est marrant parce que le père de Parker a commenté la NBA pendant 6 mois en France, et il n’a pas joué dans la NBA lui non plus.

     Pour interviewer le président, il faut l'avoir été ? » 

C’est comme si on disait que pour poser des questions au président de la République, il fallait avoir été président. Ça réduit considérablement les interlocuteurs, hein ! Mais c’était pas grave, je comprenais sa réaction qui était un peu excessive. Je dois avouer que ce qui s’est passé avec l’équipe de France les dernières campagnes, le fait que c’est toujours les mêmes à la Fédé qui décident, et la Pro A qui s’affaiblie… J’avoue que je suis un peu moins passionné par ce monde-là, et je me concentre un peu plus sur mon travail sur la NBA et sur l’Euroligue. Je laisse volontiers à Jacques Monclar le championnat de France, et éventuellement l’équipe de France cet été. C’est un choix personnel, peut-être j’ai un petit peu moins d’atomes crochus avec le petit monde du basket français actuel. Sauf avec quelqu’un comme Vincent Collet, avec qui j’ai un excellent rapport. Mais bon, Mainini, De Vincenzi et toute la bande, la façon qu’ils ont géré le basket français ces dernières années… Et puis les clubs de Pro A qui régressent et ne rament pas dans le même sens…

     M'impliquer à Lyon-Villeurbanne, pourquoi pas. » 

À la limite, si Lyon-Villeurbanne voulait que je m’implique dans leur conseil d’administration ou comme actionnaire, parce que j’aime bien leur projet, pourquoi pas. Mais ils ne me l’ont pas proposé donc moi… je suis très heureux à commenter la NBA. On a énormément de boulot parce qu’on a trois chaînes et plein de matchs à faire. Là, je vais aller faire le Final 4 de l’Euroligue à Berlin, j’adore ce rendez-vous, parce que pour moi, c’est du très très haut niveau. La NBA et l’Euroligue, c’est le top-niveau mondial. J’ai fait les Jeux olympiques à Pékin, c’était fabuleux, j’ai fait cinq JO depuis 1992, j’ai vraiment été gâté. Je suis aussi content maintenant de partager le gâteau avec Monclar, ou avec d’autres, ça ne me pose pas de problème. J’ai pas de monopole, on a su former des jeunes. On a des jeunes journalistes qui commentent pas mal la NBA. Au tout début de Canal, je faisais tout moi-même, mais à cette époque c’était un match par semaine, pas plusieurs par jours.

Mis à part ton accent et de ton enthousiasme au micro, tu es connu pour tes jeux de mots, pour populariser des expressions américaines en France et pour en inventer de nouvelles, laquelle tu préfères ?

J’essaye de rester moderne et de parler un langage fidèle à notre auditoire qui est souvent des ados. « Youtubiser » c’est pas mal, mais il y a plein de choses que nous avons importées au début de Canal : slam-dunk, alley-hoop, coast-to-coast… Toutes ces choses-là sont rentrées dans le langage courant, et on pourrait peut-être bientôt les retrouver dans le dictionnaire français. Money-time… toutes ces expressions, j’ai été un peu l’importateur à l’origine. Et puis maintenant j’essaye de rester moderne par rapport à l’Internet où j’ai une bonne présence journalistique. J’ai 52 ans et j’essaye surtout pas de faire croire aux jeunes que je me prends pour un jeune. Mais je m’intéresse à leur culture, à leur vie… Comme j’ai une fille de 9 ans, je m’intéresse à sa vie, et ce qui tourne autour des enfants de cet âge-là, tout en restant à ma place. C’est pas moi qui vais choisir la musique rap à la place de Xavier Vaution par exemple. Chacun a sa spécialité.

     J'espère véhiculer des valeurs de jeu collectif. » 

Mais j’espère surtout véhiculer des valeurs, à travers les commentaires de basket, qui peuvent toucher les jeunes. Des valeurs de jeu collectif, travailler les fondamentaux, ne pas toujours aller vers ce qui brille forcément, mais connaître aussi le travail qu’il faut faire derrière pour y arriver, la solidarité entre les joueurs. Toutes ces valeurs-là, elles sont applicables à la vie réelle aussi, pas seulement au basket. Dans un temps de crise comme nous connaissons aujourd’hui, c’est plus que jamais le moment de reparler de ces valeurs. À mon petit niveau hein ! Mais comme fait Obama au monde entier à travers son rôle de président des Etats-Unis. Je me compare pas à lui, j’espère que je me fais bien comprendre, mais je suis totalement dans cette mouvance-là, c’est-à-dire plutôt le partage que l’égoïsme, l’écologie que la pollution et ainsi de suite quoi !

Après toutes ces années au micro, ton meilleur souvenir de match à commenter…

Il y en a eu tellement, c’est impossible de faire la liste. Mais disons que le plus récent et le plus fort, c’était la finale de Pékin. Je considère que c’était très probablement le meilleur match de basket dans l’histoire des très grands championnats, la meilleure finale. Ça vaut un match 7 entre les Lakers et les Celtics dans les années 80. Et là ça se joue sur un seul match tu vois. On a eu les Américains avec les meilleurs joueurs possibles, ensemble, jouer un basket très collectif très solidaire, un peu style Fiba. Et en même temps, les Espagnols ont fait le match de leur vie, ils ont été à la hauteur de l’événement, et ils ont failli créer la surprise face à une équipe imbattable. Avec une adresse exrtaordinaire, avec dunkoramas, avec beaucoup de shoots rapides en première intention…

     La finale de Pékin : un des plus grands moments que j'ai pu vivre. » 

C’était une sorte de summum du basket moderne à tous les niveaux : spectaculaire, gros pourcentage d’adresse… À la mi-temps, ils étaient dans les 60 points en vingt minutes. C’était ahurissant, la vitesse, le niveau… En plus, on était au premier rang, on avait des places de rêves cette fois-ci. Malgré la fatigue des semaines précédentes où on a travaillé comme des forcenés avec quatre matchs par jour, on était sur les rotules, mais là, il y a eu un coup d’adrénaline monstrueux. Ça, ça reste vraiment un des plus grands moments que j’ai pu vivre avec les SuperBowls, les Finales NBA, les autres Jeux Olympiques, les Championnats du monde, et tout le reste quoi !

Vu le nom de notre site, je suis obligé de te poser la question : quel est le plus bel airball que tu aies vu…

Déjà airball, ça fait partie de ces mots que je crois avoir importé au milieu des années 80 dans le langage des basketteurs français… Attends je réfléchis… C’est pas le genre de truc qui reste dans tes souvenirs (il rigole)… Je réfléchis… Franchement, j’en ai pas qui…

Celui du All-Star Game français (voir Le clown du spectacle) ?

Oui, oui (un peu agacé) ça je préfère oublier. On a vécu des très grands moments, je suis dans les organisateurs depuis les débuts du All-Star Game à Bercy, je suis animateur chaque fois. Et là c’était un moment un peu décevant, on a perdu le contrôle du public pendant quelques minutes parce qu’ils ont oublié le match pour se concentrer sur ce pauvre guignol qui à mon avis avait trop bu même avant d’arriver à la salle. Je regrette de l’avoir choisi, c’est un problème au niveau de l’organisation, normalement il y a une lumière qui doit se diriger vers une seule personne pour désigner le participant. Et là, la lumière était sur quinze personnes, comme c’est lui qui s’agitait le plus, on l’a choisi un peu par défaut. Moi, j’ai jamais aimé ce shoot à 100 000 euros et j’espère que c’est la dernière fois qu’on le verra au All-Star Game français. Je dirais pas que c’était le plus beau airball, mais en tout cas ça nous a marqué ce jour-là. C’est pas les airballs que je garde en souvenir, c’est plutôt les alley-hoops ou les trois-points… Comme le trois-points de Rasual Butler des Hornets pour arracher la prolongation contre Miami dans le match que j’ai commenté aujourd’hui. Ça c’était un des shoots les plus incroyables de toute la saison. Je sais pas si t’as pu le voir…

Non, pas encore...

En fait, il est sur une très mauvaise série de matchs, il est très maladroit, et il hérite d’un ballon un peu cafouillé à la dernière seconde, son équipe est à moins trois… Et il envoie un shoot à dix mètres en tombant en dehors des limites du terrain. Ça fait swich et prolongation pour New Orleans qui remporte la victoire par la suite. Ça, ça me reste plus en tête que les airballs (rires).


[Cliquez ici pour lire la première partie]
[Cliquez ici pour lire la deuxième partie]

 




Faites tourner cet article !
Wikio !Digg!Google!Facebook!Del.icio.us!Live!Technorati!Yahoo!
Commentaires
Ajouter un nouveau RSS
Snoop   |23-04-2009 à 12:23
avatar Il attaque fort, 2e phrase un jeu de mot inédit...
denis   |23-04-2009 à 12:36
avatar George n'a jamais dunké... un mythe tombe mais en même temps, avec son mètre 65 les bras levé, c'est un peu logique
Etilyeti   |23-04-2009 à 20:22
Continue ton franc parler Georges!
Lors de la defaite face a la Russie en 2007, j'etais satisfait qu'enfin quelqu'un ouvre sa gueule! C'est pas possible de perdre autant de matchs cles dans la derniere minute. Faudrait revoir les competitions, mais chaque annee j'ai l'impression de revivre la meme chose avec l'equipe de France, on gere lamentablement les dernieres minutes. En 2003 on se fait remonter 7 points en 40sec. 2008, la meme face a la Turquie. 2005, je ne me souviens plus, mais je crois que c'etait pareil. Il nous manque un clutch player, un joueur du money-time. Je n'ai pas tous les matchs de TP a San Antonio, mais quelques-uns quand meme et les fins de matchs, je ne suis pas sur que ce soit son truc. En 2003, je m'etais dit donne la balle a Rigaudeau et on est sur de gagne mais apres qu'il ait rate son lancer franc aussi, j'etais sur le cul.

Bon sinon, Cholet et le final four de l'eurochallenge seront diffuses demain a 18h sur fibaeurope.com. Alors faites passer le mot pour que l'on montre que le basket interesse les francais! Je ne comprend pas que le F4 ne soit pas diffuse sur TV, mais bon ca m'arrange bien, car etant expatrie aux US, je n'aurais pas pu le voir a la TV.
MERCI GEORGES, ALLEZ CHOLET, ALLEZ LA FRANCE!!!
McCartney   |24-04-2009 à 13:57
Et c'est georges qui commente sur fibaeurope.com ?
Etilyeti  - re:   |24-04-2009 à 14:09
McCartney a écrit:
Et c'est georges qui commente sur fibaeurope.com ?

Euh, je ne pense pas, mais vu qu'il ecrit pour FIBA de temps en temps, alors peut-etre qu'il commentera. Georges, vous pouvez-confirmer?
Réagir
Nom:
Email:
 
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch::(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s:!::?::idea::arrow:
 
Tapez le code anti-robot. Cliquez dessus pour le changer..

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
< Précédent   Suivant >
Un titre et des retombées en Or !
12-10-2013 | Grégoire T.

Un titre et des retombées en Or ! Trois semaines après avoir -enfin- gagné le championnat d'Europe de basket, il est l'heure de la reprise pour les Bleus et d'un retour sur l'exceptionnelle médiatisation qui a suivi la finale. Au delà des 8M de téléspectateurs devant leur écran pour assister en prime time à la victoire contre la Lituanie, c'est le déferlement de sujets "Basket" qui se sont enchaînés ensuite qui font plaisir à voir. Des JT aux Guignols, de la Slovénie (pays hôte de l'Euro) à l'Elysée, MVP Parker, Capitaine Diaw et leurs équipiers étaient partout !
Lire la Suite

L'Argent en attendant l'Or
21-09-2013 | Administrateur

L'Argent en attendant l'Or A la veille du retour des Bleus en finale de l'Eurobasket (contre la Lituanie dimanche), Intérieur Sport met en ligne un nouvel épisode consacré au basket : après Céline Dumerc post-olympique, c'est toute l'équipe de France féminine argentée à l'Eurobasket qui est à l'honneur (diffusé il y a quelques semaines sur Canal+). Découvrez cet épisode "100% Braqueuses" en vidéo, pronostiquez le résultat de la finale Hommes de demain et gagnez vos places pour l'Open LFB. 
Lire la Suite

Basket connecté : au tour du ballon !
25-06-2013 | Grégoire T.

Basket connecté : au tour du ballon ! Notre vie quotidienne est de plus en plus enrichie par des objets connectés. Sport de statistiques par excellence, le basketball est impacté par cette nouvelle pratique high-tech. Après les paires de Nike Hyperdunk+ permettant de suivre l'évolution de vos sauts, votre vitesse et votre intensité sur les parquets, voici le ballon de basket connecté, une innovation mise en place pour améliorer peu à peu son jeu (shoot, dribble, etc.) avec ou sans coach. Comment fonctionne ce Smart Basketball ? Explications... 
Lire la Suite

Fournier, Westermann, la génération 92 crève l'écran
02-05-2013 | Grégoire T.

Fournier, Westermann, la génération 92 crève l'écran Médaillés de bronze à l'Eurobasket 2011 avec l'équipe de France espoir, Evan Fournier et Léo Westerman gravissent peu à peu les étapes qui pourraient les mener à rejoindre la sélection A cet été. Un an après avoir quitté la Pro A, l'ancien espoir poitevin vient d'achever une saison de Rookie en NBA de façon encourageante après avoir longtemps ciré le banc de Denver. L'ancien capitaine de l'ASVEL, lui, n'a pas rejoint aussi tôt la grande ligue américaine pour découvrir d'abord l'Euroleague comme meneur titulaire du Partizan Belgrade. L'arrivée d'Evan en NBA, la découverte des fervents supporters serbes par Léo : deux expériences hautes en couleurs à découvrir via deux excellents reportages vidéos...
Lire la Suite

Bon anniversaire champions !
21-04-2013 | Grégoire T.

Bon anniversaire champions ! Lundi dernier, c'est tout le basket français qui célèbrait le CSP Limoges à l'occasion des 20 ans de son titre de champion d'Europe. Les visages ont vieilli, les cheveux grisonnent et la bedaine pointe désormais son nez pour certain mais les souvenirs de 1993 sont toujours dans toutes les têtes. Cet anniversaire est l'occasion de revivre en vidéos cette belle époque pour le basket tricolore : Intérieur Sport (C+), L'Equipe21, France 3 Limousin et d'autres sont partis en reportage sur les traces du CSP'93...
Lire la Suite

À lire aussi…

Dossiers

 
Dossiers

@Airball en direct sur Twitter

Mais aussi...

Jouez gratuitement en ligne sur airball.fr

Vos Vidéos



Derniers commentaires

Plus commentés