Le mois de folie de la NCAA

Écrit par Rémi Gaggioli   
04-03-2012

Son Super Bowl, ses litres de Budweiser et ses pizzas à peine digérés, le fan de sport américain remet ça. Pas pour une simple soirée de football US, non, mais pour un tournoi de basket, à l’abri des giboulées, surnommé la March Madness (folie de mars) qui regroupe la crème des équipes universitaires.

UVA Basket NCAA

Mode d’emploi

Avant d’atteindre d’espérer pouvoir participer à ce tournoi final du championnat NCAA (National Collegiate Athletic Association) -la March Madness donc-, les quelque 344 facs de première division, réparties en 32 conférences, se tirent la bourre pendant quatre petits mois (histoire de laisser aux joueurs le temps d’étudier). A l’issue d’une trentaine de matchs, un tournoi est organisé dans chaque conférence pour désigner le champion qui se voit attribuer une place parmi les 68 équipes du tournoi final. Deux exceptions cependant : pas de tournoi au sein de la prestigieuse Ivy League (dont font partie Yale, Harvard…) qui se contente d’envoyer au tournoi final le premier de la saison régulière, et pas de place directement qualificative pour la Great West Conference, la dernière créée.

Du First Four au Final Four

31 équipes sont donc qualifiées directement. Pour les 37 autres places, c’est un comité de sélection de dix spécialistes qui, en se basant sur les résultats de chaque équipe, pondérés selon le niveau de la conférence dans laquelle elle joue, fait son choix. Celui-ci restant assez subjectif avec régulièrement des surprises, les spéculations vont bon train au fur et à mesure que le jour d’annonce (le Selection Day) de la sélection approche (le 11 mars cette année).

Voilà pour la sélection des 68 équipes… ce qui, les matheux l’auront déjà décelé, est quelque peu bizarre pour un tournoi à élimination directe. Quatre équipes vont donc passer à l’as. Les quatre équipes championnes des conférences les plus faibles et les quatre équipes les faibles parmi les sélectionnées par le comité sont conviées à un match à l’issue duquel seul le vainqueur continue son chemin. On appelle ça le First Four, il a lieu dans les jours qui suivent le Selection Sunday (généralement mardi et mercredi) et marque le début de la March Madness durant lequel les matchs vont s’enchaîner à toute allure. De 344, nous voilà donc à 64 équipes.
Le tableau du tournoi est divisé en quatre parties regroupant les équipes par localisation géographique. Dans chaque partie, l’équipe classée première rencontre la 16e, le 2e joue le 15e, ect. C’est le Second Round, qui se joue jeudi et vendredi. Pas le temps de souffler puisque le surlendemain les vainqueurs remettent cela lors du Third Round à l’issue duquel il ne reste plus que 16 équipes en lice. Friands de surnoms, les Américains appellent ces demies-finales régionales le Sweet Sixteen qui ont lieu jeudi et vendredi et auxquelles succèdent bien sûr les finales -the Elite Eight- le week-end. En deux semaines, il ne reste donc plus que quatre équipes qui, vous l’aurez deviné, constituent le fameux Final Four qui a lieu chaque année dans une ville différente.

Afin d’éviter d’avoir des joueurs totalement crâmés sur le terrain, une semaine de repos est accordée avant le début du Final Four, feu d’artifice et point final de la saison (31 mars et 2 avril à la Nouvelle Orléans cette année).

Étudiants un jour…

Si la plupart des fans suivent la March Madness à la télévision, c’est bien dans des salles -souvent bien plus grandes que les salles européennes- remplies d’étudiants hystériques qu’on peut se rendre compte de la véritable folie que constitue l’événement. Une ambiance folle que le championnat professionnel de basket -la fameuse NBA- a souvent bien du mal à égaler malgré les millions dépensés. Événements majeurs sur les campus américains, les matchs de basket (comme ceux de football US) font partie intégrante de la vie étudiante. On côtoie les joueurs dans les amphis (admirés, ils sont aussi un peu moqués car souvent admis uniquement grâce à leurs talents sportifs), on s’habille aux couleurs de la fac, on suit les exploits des athlètes dans le journal du campus… Accros au sport au pas, les anciens étudiants, sont ainsi nombreux à garder un œil, non seulement sur leur équipe en espérant qu’elle se faufile jusqu’au Final Four, mais aussi sur les hordes de fans des campus, quelque peu nostalgiques de leurs années de fac…

Plus d'articles de Rémi Gaggioli sur FromAmerica.fr




Faites tourner cet article !
Wikio !Digg!Google!Facebook!Del.icio.us!Live!Technorati!Yahoo!
Commentaires
Ajouter un nouveau RSS
rémi   |04-03-2012 à 21:31
avatar Quatre Frenchies devraient être de la partie pour la March Madness de 2012 : Mathis Keita (Gonzaga), Arthur Bouedo (Wyoming), Bandja Sy et Rémi Barry (New Mexico State). À suivre !
The Mailman   |07-03-2012 à 21:00
avatar Mathis Keita, c'est le fils d'Ahmadou l'ancien joueur du SLUC c'est ça ?
Réagir
Nom:
Email:
 
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch::(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s:!::?::idea::arrow:
 
Tapez le code anti-robot. Cliquez dessus pour le changer..

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
< Précédent   Suivant >
Un titre et des retombées en Or !
12-10-2013 | Grégoire T.

Un titre et des retombées en Or ! Trois semaines après avoir -enfin- gagné le championnat d'Europe de basket, il est l'heure de la reprise pour les Bleus et d'un retour sur l'exceptionnelle médiatisation qui a suivi la finale. Au delà des 8M de téléspectateurs devant leur écran pour assister en prime time à la victoire contre la Lituanie, c'est le déferlement de sujets "Basket" qui se sont enchaînés ensuite qui font plaisir à voir. Des JT aux Guignols, de la Slovénie (pays hôte de l'Euro) à l'Elysée, MVP Parker, Capitaine Diaw et leurs équipiers étaient partout !
Lire la Suite

L'Argent en attendant l'Or
21-09-2013 | Administrateur

L'Argent en attendant l'Or A la veille du retour des Bleus en finale de l'Eurobasket (contre la Lituanie dimanche), Intérieur Sport met en ligne un nouvel épisode consacré au basket : après Céline Dumerc post-olympique, c'est toute l'équipe de France féminine argentée à l'Eurobasket qui est à l'honneur (diffusé il y a quelques semaines sur Canal+). Découvrez cet épisode "100% Braqueuses" en vidéo, pronostiquez le résultat de la finale Hommes de demain et gagnez vos places pour l'Open LFB. 
Lire la Suite

Basket connecté : au tour du ballon !
25-06-2013 | Grégoire T.

Basket connecté : au tour du ballon ! Notre vie quotidienne est de plus en plus enrichie par des objets connectés. Sport de statistiques par excellence, le basketball est impacté par cette nouvelle pratique high-tech. Après les paires de Nike Hyperdunk+ permettant de suivre l'évolution de vos sauts, votre vitesse et votre intensité sur les parquets, voici le ballon de basket connecté, une innovation mise en place pour améliorer peu à peu son jeu (shoot, dribble, etc.) avec ou sans coach. Comment fonctionne ce Smart Basketball ? Explications... 
Lire la Suite

Fournier, Westermann, la génération 92 crève l'écran
02-05-2013 | Grégoire T.

Fournier, Westermann, la génération 92 crève l'écran Médaillés de bronze à l'Eurobasket 2011 avec l'équipe de France espoir, Evan Fournier et Léo Westerman gravissent peu à peu les étapes qui pourraient les mener à rejoindre la sélection A cet été. Un an après avoir quitté la Pro A, l'ancien espoir poitevin vient d'achever une saison de Rookie en NBA de façon encourageante après avoir longtemps ciré le banc de Denver. L'ancien capitaine de l'ASVEL, lui, n'a pas rejoint aussi tôt la grande ligue américaine pour découvrir d'abord l'Euroleague comme meneur titulaire du Partizan Belgrade. L'arrivée d'Evan en NBA, la découverte des fervents supporters serbes par Léo : deux expériences hautes en couleurs à découvrir via deux excellents reportages vidéos...
Lire la Suite

Bon anniversaire champions !
21-04-2013 | Grégoire T.

Bon anniversaire champions ! Lundi dernier, c'est tout le basket français qui célèbrait le CSP Limoges à l'occasion des 20 ans de son titre de champion d'Europe. Les visages ont vieilli, les cheveux grisonnent et la bedaine pointe désormais son nez pour certain mais les souvenirs de 1993 sont toujours dans toutes les têtes. Cet anniversaire est l'occasion de revivre en vidéos cette belle époque pour le basket tricolore : Intérieur Sport (C+), L'Equipe21, France 3 Limousin et d'autres sont partis en reportage sur les traces du CSP'93...
Lire la Suite

À lire aussi…

@Airball en direct sur Twitter

Vos Vidéos


Airballeuse, Airballeur, inscrivez-vous !

InscriptionInscription
 
 

Derniers commentaires

Plus commentés