Noah, prénom Joakim

Écrit par Rémi Gaggioli   
28-11-2009

Joakim Noah et David Stern NBA DraftAlors que Roland-Garros attend le successeur de Yannick Noah depuis 1981, c’est finalement le basket qui a hérité du dernier rejeton de la famille : un dénommé Joakim qui explose actuellement en NBA pour sa troisième saison aux Chicago Bulls.

 

 

Chapitre 1 : Les sorties de route

Arrivé chez les Chicago Bulls après avoir bouclé les quatre années cursus universitaire – et remporté deux titres NCAA avec les Gators de Floride – Jooks a d’abord fait parlé de lui par sa propension… à trop l’ouvrir (l'hérédité diront les mauvaises langues). Loin d’être ridicule sur le terrain malgré une masse physique un peu juste pour le poste de pivot auquel il a été rapidement destiné, Joakim Noah n’hésite pas à donner son avis sur tout, chose très mal vue en NBA quand on est rookie.

Ajoutez à cela une éthique de travail jugée un peu laxiste, et vous avez une image d’un joueur à qui la presse, les coachs et les coéquipiers n’ont pas vraiment envie de faire de cadeaux. Suite à ses écarts de conduite, ces derniers ont même voté son bannissement temporaire du groupe après une première suspension par le club !

Au final, même si la saison de rookie de Noah s’achève sur un 6,6 points, 5,6 rebonds en 20’ plutôt encourageant, et même si son engagement sur le terrain n’est jamais mis en cause, c’est plutôt dans la catégorie déception que le jeune homme est classé.

Peut-être pour mettre un point final (d’exclamation !) à cette première saison éprouvante pour ses nerfs, Yannick Junior profite de ses vacances pour se faire attraper avec une bouteille d’alcool en public (ce qui est interdit aux USA). La police locale le fouille et trouve un pétard (l'hérédité toujours ?) et découvre qu’il conduit avec un permis non valable. Résultat : une pluie de commentaires assassins dans la presse de Chicago et une suspension assortie d’une amende par la NBA.

Chapitre 2 : La reprise en main

Délesté de la pression qui pèse sur les rookies mais sommé de justifier les espoirs portés sur lui, Joakim Noah a tout à gagner pour sa seconde saison en NBA. Dans une raquette chicagoan assez désertique, il est rapidement intronisé dans le cinq majeur. Pivot titulaire, il s’applique à faire le sale boulot, compensant toujours un corps un peu frêle par une activité de tous les instants et une motivation jamais prise en défaut.

Jooks Noah drive avec les Bulls de ChicagoIl conclut la saison régulière par des stats similaires à sa première saison malgré un temps de jeu en hausse (24’), confortant les sceptiques dans leur opinion. Il s’agite beaucoup, ses cheveux partent dans tous les sens, mais il ne brasse que du vent, raillent certains.

Viennent les playoffs, au premier tour, Chicago accueille les Celtics de Boston, le champion en titre. Surmotivé par l’ambiance de la post-saison, Noah sort le grand jeu.

Une action reste dans les mémoires, typique du style Jooks, tout à l’énergie. En défense, il vient en aide et pique la balle à Paul Pierce. Mais alors que là où nombre de pivots garderaient la balle en main pour la confier tranquillement à leur meneur, Noah n’hésite pas une seconde. Il poursuit sur sa lancée, en coast-to-coast avec Pierce à ses trousses, avant de finir par un dunk sur la tête de ce dernier qui commet en plus une faute. Le tout dans l’ambiance survoltée du United Center de Chicago.

Les Bulls s’inclinent finalement en sept manches, mais au niveau personnel, c’est une victoire pour Joakim Noah : 10,1 points, 13,1 rebonds et 2,1 contres en 38’ sur les sept manches.

Si cela n’est qu’une bonne série de playoff pour le jeune homme, l’étendue de son potentiel éclate enfin au grand jour.

Vu comme un fumeur de pétards un peu dilettante en début de saison, Noah conclut sa deuxième année de rookie en renvoyant l’image d’un joueur énergique hypermotivé. Reste à confirmer dans la durée.

La vidéo du fameux dunk sur Pierce :

Chapitre 3 : L’envolée

Privé d’équipe de France, Joakim Noah a passé son été à travailler son physique, histoire de muscler un peu son jeu. Si cela à déçu les fans des Bleus, force est de constater que cela à porté ses fruits. Ainsi, c’est avec quelques kilos en plus que le joueur entame sa troisième saison NBA.

Titulaire incontestable, il débute tout feu tout flamme, engloutissant les rebonds, bâchant par-ci par-là, et, nouveauté, il met la balle au fond à la moindre occasion (après rebond, sur claquette ou en transition). Ce qu’on croit n’être qu’un départ en fanfare se prolonge, et, après une quinzaine de matchs, à la surprise générale, on le retrouve en tête des rebondeurs de la ligue avec 12 prises en 33’. À quoi s’ajoutent 1,6 contre et, pour faire bonne mesure, 11 points. Last but not least, il est aussi dans le top 5 au double-double avec huit réalisations.

Si Jooks reste en deçà des meilleurs pivots – il est encore parfois dominé par les poids-lourds du secteur – le Bull a néanmoins franchi un palier. Un simple coup d’œil à ses stats de l’an dernier pour comparer suffit.

Certes toujours role-player – du moins tant que son jeu offensif n’aura pas évolué – Noah peut maintenant espérer une sélection au All-Star Game dans les années à venir. Mais en attendant, c’est le titre de Most Improved Player (joueur ayant le plus progressé) qui lui tend les bras avant de retrouver les Playoffs... avant de finir la saison par le Mondial avec les Bleus ?

Rémi Gaggioli

 




Faites tourner cet article !
Wikio !Digg!Google!Facebook!Del.icio.us!Live!Technorati!Yahoo!
Commentaires
Ajouter un nouveau RSS
rnst   |28-11-2009 à 12:55
un français meilleur rebondeur NBA... vivement le mondial
Bilups   |28-11-2009 à 18:34
Hou pinaise la photo !!
On dirait cousin machin de la famille Adams
Posted image
Réagir
Nom:
Email:
 
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch::(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s:!::?::idea::arrow:
 
Tapez le code anti-robot. Cliquez dessus pour le changer..

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
< Précédent   Suivant >
Un titre et des retombées en Or !
12-10-2013 | Grégoire T.

Un titre et des retombées en Or ! Trois semaines après avoir -enfin- gagné le championnat d'Europe de basket, il est l'heure de la reprise pour les Bleus et d'un retour sur l'exceptionnelle médiatisation qui a suivi la finale. Au delà des 8M de téléspectateurs devant leur écran pour assister en prime time à la victoire contre la Lituanie, c'est le déferlement de sujets "Basket" qui se sont enchaînés ensuite qui font plaisir à voir. Des JT aux Guignols, de la Slovénie (pays hôte de l'Euro) à l'Elysée, MVP Parker, Capitaine Diaw et leurs équipiers étaient partout !
Lire la Suite

L'Argent en attendant l'Or
21-09-2013 | Administrateur

L'Argent en attendant l'Or A la veille du retour des Bleus en finale de l'Eurobasket (contre la Lituanie dimanche), Intérieur Sport met en ligne un nouvel épisode consacré au basket : après Céline Dumerc post-olympique, c'est toute l'équipe de France féminine argentée à l'Eurobasket qui est à l'honneur (diffusé il y a quelques semaines sur Canal+). Découvrez cet épisode "100% Braqueuses" en vidéo, pronostiquez le résultat de la finale Hommes de demain et gagnez vos places pour l'Open LFB. 
Lire la Suite

Basket connecté : au tour du ballon !
25-06-2013 | Grégoire T.

Basket connecté : au tour du ballon ! Notre vie quotidienne est de plus en plus enrichie par des objets connectés. Sport de statistiques par excellence, le basketball est impacté par cette nouvelle pratique high-tech. Après les paires de Nike Hyperdunk+ permettant de suivre l'évolution de vos sauts, votre vitesse et votre intensité sur les parquets, voici le ballon de basket connecté, une innovation mise en place pour améliorer peu à peu son jeu (shoot, dribble, etc.) avec ou sans coach. Comment fonctionne ce Smart Basketball ? Explications... 
Lire la Suite

Fournier, Westermann, la génération 92 crève l'écran
02-05-2013 | Grégoire T.

Fournier, Westermann, la génération 92 crève l'écran Médaillés de bronze à l'Eurobasket 2011 avec l'équipe de France espoir, Evan Fournier et Léo Westerman gravissent peu à peu les étapes qui pourraient les mener à rejoindre la sélection A cet été. Un an après avoir quitté la Pro A, l'ancien espoir poitevin vient d'achever une saison de Rookie en NBA de façon encourageante après avoir longtemps ciré le banc de Denver. L'ancien capitaine de l'ASVEL, lui, n'a pas rejoint aussi tôt la grande ligue américaine pour découvrir d'abord l'Euroleague comme meneur titulaire du Partizan Belgrade. L'arrivée d'Evan en NBA, la découverte des fervents supporters serbes par Léo : deux expériences hautes en couleurs à découvrir via deux excellents reportages vidéos...
Lire la Suite

Bon anniversaire champions !
21-04-2013 | Grégoire T.

Bon anniversaire champions ! Lundi dernier, c'est tout le basket français qui célèbrait le CSP Limoges à l'occasion des 20 ans de son titre de champion d'Europe. Les visages ont vieilli, les cheveux grisonnent et la bedaine pointe désormais son nez pour certain mais les souvenirs de 1993 sont toujours dans toutes les têtes. Cet anniversaire est l'occasion de revivre en vidéos cette belle époque pour le basket tricolore : Intérieur Sport (C+), L'Equipe21, France 3 Limousin et d'autres sont partis en reportage sur les traces du CSP'93...
Lire la Suite

À lire aussi…

Dossiers

 
Dossiers

@Airball en direct sur Twitter

Jouez gratuitement en ligne sur airball.fr

Vos Vidéos



Derniers commentaires

Plus commentés