Le basket et le 7e art

Écrit par Rémi Gaggioli   
01-02-2008
ImageLa balle orange et le cinéma, ces deux univers qui n’ont a priori aucun point commun ont au final engendré près d’une vingtaine de collaborations sur les trente dernières années.

 

 

 

Si l’aspect spectaculaire du basket a bien sûr été la principale raison de l’intérêt du 7e art pour ce sport, les joueurs eux-mêmes ont inspiré -avec plus ou moins de bonheur- les cinéastes (qui heureusement les ont utilisés la plupart du temps comme guest-stars).
whitemencantjump.jpg En clair, la balle orange et le cinéma, cela peut donner Les Blancs ne savent pas sauter pour le côté spectaculaire du jeu, et Mon géant et moi pour le côté bête de foire des basketteurs (dans ce cas, Muresan et ses 2,31 m).

Petit tour d’horizon des points de collision entre la planète basket et celle du cinéma.

Rendons tout d’abord à Jabbar ce qui appartient à Abdul. Précurseur*, Kareem Abdul-Jabbar n’est pas loin d’avoir fait une vraie carrière devant la caméra. Le légendaire pivot au sky-hook des Lakers de Los Angeles -proximité avec Hollywood aidant, a joué, ou plutôt fait des apparitions dans près d’une quinzaine de longs métrages. Il débute en tant que faire-valoir dans un film avec Bruce Lee, Le jeu de la mort, en 1978. Lui-même amateur d’arts martiaux, il endosse le rôle du redoutable Hakeem. Il se gameofdeath.jpgmesure évidemment au Petit dragon et se fait méchamment botter l’arrière-train malgré l’immensité de ses membres et la différence de taille (un demi mètre !). (la baston en question)
  A noter que si ce film inaugure la carrière du grand Kareem, il a aussi été le dernier du petit Bruce.
On retiendra aussi son rôle dans Y a-t-il un pilote dans l’avion ?, en 1978, où il est Roger Murdock, le co-pilote. Dans une des scènes, face à un fan l’ayant démasqué, l’acteur Abdul-Jabbar se retrouve à nier être le basketteur Abdul-Jabbar… jusqu’à s’énerver et se trahir quand le fan l’accuse de ne pas être vraiment présent en défense. Un classique.

Sur ses traces, on trouve le Shaq, jamais le dernier pour se donner en spectacle. Plus précoce que son aîné, O’neal n’a que 22 ans et 2 ans de NBA derrière lui quand il fait sa première apparition sur grand écran.bluechips.jpg Bien décidé à profiter à fond de sa célébrité foudroyante, il ne se contente pas de faire la guest-star pour une petite scène, et, un an après la sortie de son premier album (voir Le pe-ra et la balle orange), le 32 des Magics joue les premiers rôles aux côtés de Nick Nolte dans Blue Chips (1994).
Si le film ne laissera pas un souvenir impérissable, il permettra néanmoins aux fans de voir les dunks du Shaq -alors encore svelte- sur grand écran.
  O’neal récidive en 1996 avec Kazaam… Il endosse cette fois le premier rôle pour le meilleur et surtout pour le pire. Imaginez simplement qu’Hippoposhaq joue un génie qui sort d’une lampe pour offrir trois vœux à un gamin martyrisé. Et qu’en plus il rappe… (la preuve en Espagnol)
kazaam.jpg Toujours pas rassasié malgré des résultats plutôt moyens au box-office, Shaquille commet l’irréparable l’année d’après avec Steel, film tiré d’un comic américain. Le projet coûta 16 millions de dollars, et n’en rapporta que le dixième… Et ce ne sont pas les critiques -unanimement navrés- qui consoleront le Shaq.
  Mais heureusement pour les cinéphiles, ce navet semble marquer la fin des prétentions cinématographiques du désormais 32 du Heat. Enfin raisonnable, il se contente depuis d’apparitions plus modestes au rang desquelles on trouve entre autres Scary Movie 4 (la séquence). Il lui aura quand même fallu du temps pour comprendre.

Showman à ses heures, le gigantesque Roumain Gheorghe Muresan, vrai joueur de basket pour les connaisseurs, phénomène de foire pour les autres, a profité de son physique hors-normes (2,31 m) pour lui aussi se frotter au 7e art.mygiant.jpg Dans un rôle sur-mesure (il vaut mieux !), il donne la réplique à Billy Crystal dans Mon géant et moi (My Giant) en 1998. Pas du Chaplin, mais tout de même pas comparable avec les « œuvres » du Shaq. (extrait)

Le Worm Dennis Rodman, autre showman invétéré, ne s’est pas gêné non plus pour passer devant la caméra. Avec un certain succès aux… Golden Raspberry Awards. Jugez plutôt : Pire premier rôle, Pire acteur secondaire, et Pire couple à l’écran. C’était en 1997, dans Double Team avec Jean-Claude Van Damme. Ceci explique cela, quelle équipe ! (on vous épargne la séquence vidéo)

 

hegotgame.jpg
Autre connexion entre les deux mondes, les films de basket à proprement parler. Si le sport peut a priori se prêter à l’exercice cinématographique, rares sont les réussites, ou du moins les films regardables. Entre Air Bud, Basket Academy, Above the rim ou encore Like Mike, nous avons là une belle brochette de longs métrages plus que dispensables.
Mais tout n’est pas à jeter dans ces films de genre où quelques-uns sortent du lot :
He got game : un petit Spike Lee, mais un Spike Lee tout de même, ce qui suffit à le démarquer de la concurrence, prestations honnêtes de Ray Allen (en tant qu'acteur) et de Denzel Washington (en tant que basketteur). (extrait)
Les Blancs ne savent pas sauter, un classique même si rien ne vaut la première fois, au début des nineties, en plein boom du basket. Un peu démodé aujourd’hui, à réserver aux nostalgiques. (extrait)
spacejam.jpgBasketball Diaries : la balle orange n’y est pas si centrale malgré le titre. On peut y voir Leonardo Di Caprio dunker (quelle blague !) deux ans avant de sombrer dans le naufrage du Titanic.
Coach Carter : une histoire vraie mais tellement américaine, Samuel L. Jackson fait de ses lycéens une équipe qui gagne sans pour autant laisser les études de côté.
Space Jam : peut-être le meilleur, du pur divertissement avec les All-Stars du dessin animé (Bugs Bunny et ses potes) et Michael Jordan, le basketteur ultime accompagné d’autres All-Stars, bien réels, eux (Ewing, Barkley, Bogues…). (extrait)

Côté français, à noter l’apparition, au milieu d’autres sportifs (Schumacher, Le Banner, Zidane et Beckham), de Tony Parker -a.k.a. Tonus Parker- dans Astérix aux Jeux Olympiques.
Serait-ce pour mieux se consoler de l’absence des Bleus à Pékin ?

 

                                                                        R.G. 

 

abovetherim.jpg

 

 

 

Autres films de basket :

BASEketball (1998) avec Trey Parker et Matt Stone (créateurs de South Park) : l’histoire d’un nouveau sport mêlant baseball et basket…

Like Mike (2002) avec Lil’ Bow Wow, Dirk Nowitzki, Vince Carter, David Robinson, Chris Webber, Steve Nash, likemike.jpgMichael Finley, Tracy McGrady, Allen Iverson, Gary Payton, Alonzo Mourning et Jason Kidd (ouf !)

Above the rim (1994) avec Tupac Shakur : le rap, le basket et le ghetto. Yo !

Hoosiers (1986) : sorte de Coach Carter avec Gene Hackman

Les chemins du triomphe (2005) : pareil sans Hackman ni Jackson

Basket Academy (2006) : pareil en version humoristique avec Martin Lawrence (Bad Boys)

loveandbasketball.jpgLove and basketball (2000) : tout est dit dans le titre, ils s’aiment et le basket avec

Air Bud (1997) : un chien qui joue au basket. Sans commentaires.




*Julius Erving l’a suivit de près dans The Fish that saved Pittsburgh en 1979, mais par charité chrétienne, on ne s’étendra pas sur cette "œuvre".

 

 

 




Faites tourner cet article !
Wikio !Digg!Google!Facebook!Del.icio.us!Live!Technorati!Yahoo!
Commentaires
Ajouter un nouveau RSS
rémi   |01-02-2008 à 12:35
avatar sur le même sujet, lire "Tonus Parker" sur le site www.ilovebasket.comI Love Basket
Snoop   |01-02-2008 à 12:54
avatar Aaaaah le combat Abduljabar - Bruce Lee :zzz TROP mythique !!
Réagir
Nom:
Email:
 
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch::(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s:!::?::idea::arrow:
 
Tapez le code anti-robot. Cliquez dessus pour le changer..

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
< Précédent   Suivant >

@Airball en direct sur Twitter

Jouez gratuitement en ligne sur airball.fr

Vos Vidéos


Airballeuse, Airballeur, inscrivez-vous !

InscriptionInscription
 
 

Derniers commentaires

Plus commentés